Les Contes de la Tripe

by Bad Tripes

supported by
ahasverus-cornelius
ahasverus-cornelius thumbnail
ahasverus-cornelius L'album de la maturité. BAD TRIPES réalise une réjouissante galette de Shock-Rock en cinémascope, son THX, où Hansel, Gretel, et une drôle de bouchère côtoient le ravissant Dahlia Noir. Hikiko Mori n'a jamais si bien chanté. Vous en reprendrez bien un petit morceau ?
Ah un conseil : allez les voir en concert, c'est une tuerie jubilatoire ! Favorite track: La Bouchère de Hanovre.
Nicolas RESSOT
Nicolas RESSOT thumbnail
Nicolas RESSOT Bad tripes remet le couvert, toujours avec l'assurance du rock, la hargne du punk, la puissance du métal et la malice d'une B.O. de Danny Elfman...encore un bon trip ! Favorite track: Les Rendez-vous de la Bête.
/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €5 EUR  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Les Contes de la Tripe via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days

      €10 EUR or more 

     

1.
2.
V'là la belle endormie Dans sa blanche nuisette Le genre de silhouette Que l'on épie de sa fenêtre La douceur de son lit Est le pire des traquenards Quand on rêve de Freddy Les tripes de part en part Son vice et sa malice Remuent tant mon bas ventre Qu'il égorge ou éventre Je veux être sa complice Déchirer l'ennui Tronçonneuse ou fusil Je préfère et choisis Les griffes de la nuit Fuck me Freddy ! Midnight movie Je donnerais ma vie Pour tes tueries made in 80's Du Torture Porn Pour ces minets, ces belles gamines Des chambres en ruine Pour ces p'tits cons parfum pop corn 1,2 Freddy me foutra au pieu 3,4 Ses griffes sur ma peau d'albâtre 5,6 Plongeant dans mes interstices 7 et 8, Jouissance et mort subite Déchirer l'ennui Tronçonneuse ou fusil Je préfère et choisis Les griffes de la nuit Fuck me Freddy ! Midnight movie Je donnerais ma vie Pour tes tueries made in 80's
3.
03:14
Ne sais-tu pas, ô petit frère Que le sucre peut être amer ? Le miel de cette tanière Si attirant pour notre jeune âge Fait de nous fleurs de cimetière Toi qui engraisses dans ta cage Moi réduite en esclavage Comme je maudis cette sorcière Et cette prison de lourds feuillages Comme je regrette ma chaumière Je te promets, ô petit frère De nous sortir de ce cachot De terrasser notre geôlière Entre deux parts de gâteau Mes sanglots se font lointains A l'idée réconfortante Que les tristes miettes de pain Céderont à belle bombance Hansel, m'entends-tu ? La morsure des flammes Sera notre salut Contre cette vieille femme D'un coup dans l'cul d'la mégère Est v'nue notre libération J'peux dire qu'elle f'sait moins la fière Dans la cendre et le charbon Forts de ce si bel entrain Devant une fin bien heureuse Nous rebroussons donc chemin … Si on passait aux choses sérieuses ? Hansel, m'entends-tu ? La morsure des flammes Sera notre salut Contre cette vieille femme Hansel, tu sens La beauté du drame ? Ce banquet ardent A tellement de charme
4.
04:39
Elle se voyait déjà tout en haut de l'affiche Drapée dans des fourrures, la plus belle des actrices Sa chevelure d'ébène jalousée par les dames Il y a tellement peu d'hommes qui résistent à ses charmes Elizabeth se rêve dans le ciel d'Hollywood La chérie du milieu - un véritable coup de foudre En attendant la gloire, elle remet sa culotte Quittant le producteur par la petite porte Serrant son tailleur noir contre son corps épuisé Les genoux écorchés, ça fait rentrer l'métier Après tout y en a plein, des artistes et des stars Qui ont fait le tapin, en jolies fleurs de lupanar Elizabeth Au sourire écarlate Aspirante starlette Nue sur le terrain vague... Lassée du petit rôle de femelle à quatre pattes De n'être vénérée qu'pour l'parfum de sa chatte La star en devenir fréquente les mauvais bars Les matelots avinés qui lui laissent des coquards La chance soudain sourit sous les traits avenants D'un gentilhomme galant, chirurgien certainement Une jolie histoire, un putain d'conte de fée ! Mais le docteur avait un terrible secret... Un goût trop raffiné, Pour les femmes objets Attachées, mutilées, découpées, démembrées Elizabeth Au sourire écarlate Aspirante starlette Nue sur le terrain vague... Elizabeth, la beauté sans talent Le désarroi de ses pauvres parents A triomphé : elle est rentrée dans l'Histoire Sous le doux nom du Dahlia Noir Elizabeth Au sourire écarlate Aspirante starlette Nue sur le terrain vague...
5.
03:32
Casque d'or, bouche de rubis Velours noir, toute alanguie Nylon et plumes sur peau d'amande Elle a vraiment tout d'une grande Eva séduit la pellicule Pour le sourire de sa maman Des esthètes et de ses amants Elle est pourtant bien minuscule Sur le chemin du collège Les parents chastes, les bonnes gens Condamnent le rouge sur les lèvres De cette troublante femme-enfant Reine d'un soir Monstre de foire On l'appelait Baby, Baby Porn Belle robe, couronne Put make-up on My li'l princess Baby, Baby Porn Dans l'atelier sombre et baroque Elle prend des poses équivoques Diva d'ombres et d'indécence Si loin du sucre de l'enfance Reine d'un soir Monstre de foire On l'appelait Baby, Baby Porn Belle robe, couronne Put make-up on My li'l princess Baby, Baby Porn « Ma poupée, ma catin Tu auras un câlin Si tu écartes les cuisses J'exaucerai tes caprices » Sur le chemin du collège Les enfants purs et innocents Ricanent du rouge sur les lèvres De cette troublante femme-enfant Reine d'un soir Monstre de foire On l'appelait Baby, Baby Porn Belle robe, couronne Put make-up on My li'l princess Baby, Baby Porn !
6.
A chaque fois que Lola entend Le son festif de l'instrument Tout lui revient ces longs instants Ce tragique moment d'égarement Dans les lumières guillerettes d'la fête foraine Les mains sous sa jupette de collégienne Sa bouche qui halète dans l'creux d'l'oreille Contant menaces, promesses, monts et merveilles Chaque note jouée par le vieil orgue Lui rappelle le parfum de l'ogre Les effluves de barbe-à-papa La foule placide qui ne voit pas Le manège indécent, le jeu pervers Entre la chère enfant et son beau-père L'ogre de barbarie A l'ombre des jeunes filles En fleurs fanées, en pleurs Se repaît de leur peur L'ogre de barbarie A l'ombre des jeunes filles D'un sourire enjôleur Butine jusqu'à c'qu'elles meurent Ma Lola, ma Dolorès... Si seulement tu pouvais Apprécier mes caresses... Viens ! Viens avec moi, et tu verras L'or de mes yeux morts de Lolita Mon cœur qui susurre pour toi tout bas Cette jolie chanson qui te détruira Lola, Lolita, ou Dolorès Se sent d'humeur fort vengeresse Elle rêve tant Que la bête meure Couper sa langue Ses doigts qui lui font tant horreur ! Lola a bien grandi, bourgeon de femme Décidée aujourd'hui à prendre les armes Faire du démon de l'orgue De la viande froide, bonne pour la morgue Viens ! Viens avec moi, et t'entendras Cette jolie chanson qui te détruira
7.
La chambre est en désordre, les lumières sont éteintes A genoux sur le sol tout maculé d'urine Tremblant de toute mon âme, dans ce jeune corps en ruine On me brise et m'affame pour délier notre étreinte Mais ni vos cris d'orfraie Ni ce ventre si creux Ne suffisent pour me tuer Car nous sommes nombreux Je suis Judas, Caïn Le bras droit du Malin Les mal aimés de Dieu Et nous sommes nombreux De ma chair affaiblie et de mes os saillants Nourrie d'insectes, de larves, de mes propres déjections Je consacre la moindre de mes respirations A cette famille de merde - La foutre à feu et à sang ! Je suis Judas, Caïn Le bras droit du Malin Les mal aimés de Dieu Et nous sommes nombreux Je suis Néron, la fièvre Qui saigne le cul des vierges Je suis la bête qu'on craint, qu'on chasse Des esprits frêles, odieuse menace Si je dois m'en aller De ce corps de jeune fille Abattu, malmené Il lui faudra mourir N'en déplaise aux parents Qui en prennent grand ombrage Le corps de cette enfant Est l'plus beau des otages Je suis Judas, Caïn Le bras droit du Malin Les mal aimés de Dieu Et nous sommes nombreux
8.
La peau pâle et laiteuse, la bouche carnassière Les yeux d'or et d'orage, le sein rond, ferme et fier Madame Haarman se fait belle dans sa mansarde miteuse Les temps sont durs, sinistres - les joues se font plus creuses Les talons claquent sur les pavés, la dame est enfin prête Manteau cintré, robe décolletée, elle part à la conquête Des garçons au goût de biscuit pour en lécher les miettes Leur préparant leur dernier lit dans le creux d'une assiette Sur les quais de la gare T'attendra la bouchère Celle qui, sans crier gare D'un baiser rouge t'enterre La chambre est bien modeste, la dame appétissante La langue agile, les mains fébriles, les cuisses chaudes, accueillantes Pour les éphèbes affamés qui pénètrent en son antre La faim pour toujours apaisée d'un couteau dans le ventre Sur les quais de la gare T'attendra la bouchère Celle qui, sans crier gare D'un baiser rouge t'enterre Couperet à la main, la cigarette au bec Madame Haarman démembre le petit mort qui défèque Puis prépare ses paquets pour sa chère clientèle La bonne viande se fait rare en ce début de siècle Sur les quais de la gare T'attendra la bouchère Celle qui, sans crier gare D'un baiser rouge t'enterre En ces années morbides, on sait fermer les yeux Sur c'que Madame Haarman fait de plus monstrueux Pour des tripes de sale gosse, on sait se faire complice Famine oblige mais, qu'on s'le dise, ça reste un vrai délice ! Sur les quais de la gare T'attendra la bouchère Celle qui, sans crier gare D'un baiser rouge t'enterre
9.
A chaque pas, à chaque souffle Elle maudit tant sa chair marbrée, ses plis, sa pesanteur Elle voudrait déchirer ce costume qui l'étouffe Que les miroirs lui fassent cadeau d'un reflet plus flatteur Déesse parmi les freaks Princesse du cirque Dame Éléphant Se voit en Miss Faisant la nique Aux médisants Pour ces pupilles ébahies, ces visages qui se figent Dame Éléphant s'exhibe entre deux femmes à barbes Sur la scène bariolée, la colosse callipyge Devient reine de beauté par la grâce du spectacle Déesse parmi les freaks Princesse du cirque Dame Éléphant Se voit en Miss Faisant la nique Aux médisants Pour bien des yeux vicieux Elle n'était qu'un défi Un terrain de jeu pulpeux Une montagne à gravir A chaque foulée, à chaque rue Ils ricanaient les malotrus Mais il en faut bien plus Pour qu'elle courbe l'échine Que les rires la tuent Ce n'est pas une victime Chaque nuitée, les feux d'la rampe Brillent à la gloire de la géante Déesse parmi les freaks Princesse du cirque Dame Éléphant Se voit en Miss Faisant la nique Aux médisants Cheveux au vent Seins triomphants
10.
02:54
Hänsel und Gretel verliefen sich im Wald Es war so finster und auch so bitter kalt Quelle chance inouïe, ma douce sœur D'avoir échoué en si belle demeure ! Mille pâtisseries, des rubis et des perles Qui n'ont pour héritiers que nos bouches et nos mains Cours à travers les bois chercher notre bon père Qu'on lui fasse profiter de ce glorieux festin ! Mon cher papa, quelles tendres retrouvailles ! Après tant d'infortunes, nous sommes réunis Dans cette maisonnette où l'on fait bien ripaille Dire qu'on aurait pu former une si belle famille Mais les contes de fées n'ont guère de bon sens Bouffis de candeur crasse sur l'amour, le pardon Pour les parents trop lâches, prompts à la négligence Rien ne peut justifier notre ignoble abandon Ma bonne Gretel et moi ne faisons plus confiance A ton regard si doux qui nous a joué des tours Alors petit papa, si t'as un peu de décence Veux-tu bien, s'il te plaît, rentrer dans c'putain d'four ? Die Hexe mußte braten, die Kinder geh'n nach Haus Nun ist das Märchen von Hans und Gretel aus Et ils vécurent heureux Jusqu'à la fin des temps Dans le nid merveilleux De biscuits, de diamants Offrant gîte et couvert Aux âmes orphelines Et jouant à la sorcière Face aux parents indignes
11.
Smoking, cigares, hauts talons V'là le dress code de la maison Interdite aux pudibonds Aux esprits chagrins, sans passion L'horreur, l'immonde, l'immoral Sont les bienvenus au bal Organisé par le patron Un dandy au teint rubicond Salopes et satyres Les cœurs les plus corrompus S'embrasent et s'attirent Sous l’œil de l'homme aux pieds fourchus Oh fucking show time Fuck fuck fuck show time Le cœur est à la fête En ce night-club si sélect That's fucking show time Fuck fuck fuck show time Dans toutes les âmes infectes Aux rendez-vous de la Bête Luxure, paresse, gourmandise Sont les qualités requises Pour les carrés VIP De ce night-club pour les impies Pour qui la vie sur Terre N'était qu'un prologue de l'Enfer Ladies and gentlemen It's fucking show time Sur la piste d'or et d'ébène Des rendez-vous de la bête Subir, vieillir, vivre comme un con Que de devoirs ! Quelle punition ! Les doux plaisirs jaillis des brumes Ne viendront qu'à titre posthume Le paradis factice Ne séduit que les enfants sages Mais ce tombeau festif Présente tellement plus d'avantages Oh fucking show time Fuck fuck fuck show time Le cœur est à la fête En ce night-club si sélect That's fucking show time Fuck fuck fuck show time Dans toutes les âmes infectes Aux rendez-vous de la Bête
12.
Bas de soie noirs, frous-frous, dentelles Lèvres de sang et larmes de rimmel Forment le décor de ce bordel Aux sombres tentures Parfum luxure La joie se pare de vomissures Et la beauté côtoie l'ordure Dans ce cocon d'une ville sans âge Les coquettes s'apprêtent pour les derniers outrages Le téton rosé, le cul à éventaire Les courbes moulées dans une lingerie de guerre Prêtes à faire plier ces bons messieurs Les riches, les gras, les tristes et les crasseux D'un coup de rein, d'une langue savante Par ici la monnaie sonnante et trébuchante ! Sombre Pigalle ! Sous les draps moites tachetés de sperme La maison close se fait prison ferme Adieu les apparences Le masque de jouissance Au diable la luxure Révélons donc notre vraie nature ! Sombre Pigalle ! Sous les draps moites tachetés de sperme La maison close se fait prison ferme Lassées de la sueur, des visages porcins De la laideur, des coups de ces pauvres crétins Finissons-en enfin avec ce jeu de dupe Laissons les cartes en main à ces dames, les putes Une lame aiguisée suffit pour en finir Et faire de leurs orgasmes un mauvais souvenir Dans les draps écarlates, la main au portefeuille On n'aurait pas souhaité plus beau linceul ! Un si beau bain de sang Si chaud et apaisant Nous voici entre filles Au bordel Bathory ! Bas de soie noirs, frous-frous, dentelles De jolis apparats pour des cœurs si cruels Un si beau bain de sang Si chaud et apaisant Nous voici entre filles Au bordel Bathory ! On nettoie le carnage P'tite retouche maquillage On s'pomponne et attend Nos chers prochains clients...

credits

released October 31, 2017

license

all rights reserved

tags

about

Bad Tripes Marseille, France

Depuis 2009, Bad Tripes distille son rock vénéneux, sinistre et joyeux à grands coups de guitares, de hurlements rigolards et d'instruments vieillots et vicelards.

contact / help

Contact Bad Tripes

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Bad Tripes, you may also like: